Implant de cataracte – Monofocal, torique, multifocal

La cataracte correspond à l’opacification du cristallin, la lentille naturelle de l’œil permettant la mise au point. Une fois retirée, la cataracte doit donc être remplacée par une lentille artificielle permettant le rétablissement de cette mise au point. Il s’agit de l’implant intraoculaire. Les implants existent en différentes puissances de focalisation, tout comme les lunettes ou les lentilles de contact. Votre chirurgien mesurera la longueur de votre œil et la courbure de votre cornée. Ces mesures sont utilisées pour définir la puissance de focalisation de votre implant, qui sera choisi de manière personnalisée et adaptée à vos besoins visuels. L’implant de cataracte est parfaitement toléré, indolore et invisible au regard.

Implant de cataracte

Comment sont faits les implants ?

  • La plupart des implants sont fabriqués en acrylique ou dans d’autres dérivés du plastique.
  • L’implant peut être incolore ou légèrement teinté en jaune.
  • Il est traité d’un filtre spécial qui contribue à protéger vos yeux des rayons ultraviolets (UV) nocifs du soleil.
  • Afin d’être injectés dans l’œil par une micro-incision, les implants sont légèrement souples.

Les différents implants

À chaque implant ses particularités afin de corriger la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.

Implant monofocal

  • Il s’agit des implants de cataracte les plus utilisés. Ils possèdent 1 seule distance de mise au point : de loin (emmétropie) ou de près (myopie résiduelle).
  • La plupart des patients privilégient la correction en vision de loin, afin de s’affranchir du port de lunettes dans de nombreuses activités de la vie quotidienne.
  • Il faudra s’aider d’une paire de lunettes d’appoint pour corriger la vision de près si l’emmétropie est choisie, ou de loin si la myopie résiduelle est privilégiée.
Implant monofocal

Implant multifocal

  • Les implants multifocaux ont plusieurs distances de focalisation. Ils permettent de compenser la presbytie.
  • Les implants actuels sont trifocaux, ils corrigent la vision de loin (conduite, cinéma, …), intermédiaire (ordinateur, cuisine, repas,… ) et de près (lecture, smartphone).
  • Il s’agit des implants les plus évolués technologiquement.
  • Leur coût de production étant plus élevé, ils sont vendus plus cher par les laboratoires et le surcoût est répercuté au patient.
  • Ils permettent cependant de faire des économies substantielles sur l’achat de lunettes.
  • Attention, les implants multifocaux ne sont pas magiques. Seuls des patients soigneusement sélectionnés en seront satisfaits. En effet ils sont gourmands en énergie lumineuse, leur qualité optique est décevante dans l’obscurité et des halos lumineux peuvent être gênants à la conduite de nuit.
Implant multifocal

Contre indications aux implants multifocaux

Les implants multifocaux sont contre-indiqués si vous ne présentez pas une santé visuelle parfaite en dehors de la cataracte. Ainsi, vous n’êtes pas éligible aux implants multifocaux si vous présentez : une dégénérescence maculaire ou un œdème maculaire, un glaucome avancé, une sécheresse oculaire sévère ou un astigmatisme irrégulier.

Implants à profondeur de champ dits EDOF

  • Les implants à profondeur de champ ont été développés après les implants multifocaux.
  • Il s’agit d’implants corrigeant la vision de loin et intermédiaire. La vision de près est plus limitée, mais peut être corrigée avec une paire de lunettes d’appoint.
  • Moins gourmands en énergie lumineuse, peu pourvoyeurs de halos, les implants à profondeur de champ sont un bon compromis pour les patients souhaitant une certaine indépendance aux lunettes sans les contraintes des implants multifocaux.
  • Les contre-indications sont beaucoup plus rares.

Implant torique

  • Si vous souffrez d’un astigmatisme supérieur à 1 dioptrie, celui-ci peut être corrigé avec un implant torique.
  • L’implant a une puissance différente dans l’un de ses axes afin de venir compenser la courbure inégale de votre cornée (définition de l’astigmatisme).
  • L’implant torique est placé dans l’axe de l’astigmatisme. La correction n’est pas toujours parfaite et un petit astigmatisme résiduel et non gênant peut persister.
  • Afin d’améliorer leurs résultats réfractifs, les chirurgiens de l’Institut Daviel Ophtalmologie Paris 17 utilisent le système Callisto. Il s’agit d’une projection en réalité augmentée de votre astigmatisme, directement dans le microscope opératoire. Cette aide numérique permet de positionner l’implant de manière extrêmement précise.
  • Les implants toriques sont disponibles dans toutes les gammes : monofocal, multifocal et Edof.
Implant torique

Quelle vision avec mes implants ?

Si le choix de l’implant s’avère souvent du domaine du chirurgien, parler avec lui de vos attentes visuelles afin de choisir l’implant le plus adapté est la meilleure attitude à adopter. Voici les résultats visuels possibles :

L’emmétropie – Vision de loin

  • Il s’agit de l’option visuelle la plus souvent choisie par les patients. Le chirurgien vise une correction parfaite en vision de loin sur les deux yeux, afin d’être indépendant des lunettes dans la vie de tous les jours : à la conduite, et dans toutes les autres situations visuelles dans lesquelles l’objet est à plus d’un mètre de vous.
  • Pour les activités visuelles situées à moins d’un mètre : ordinateur, lecture,…  il vous faudra absolument une paire de lunettes d’appoint. Si vous ne souhaitez pas jongler avec vos lunettes, vous pourrez reporter des verres progressifs corrigeant la vision de loin, intermédiaire et de près.
  • Il s’agit de l’option visuelle la plus souvent choisie par les patients hypermétropes ou emmétropes.

La myopie résiduelle – Vision de près

  • La myopie résiduelle est une option fréquemment choisie par les patients myopes, habitués à retirer leurs lunettes pour lire.
  • Ainsi votre vision de près sera nette et indépendante des lunettes.
  • Pour toutes les activités situées à plus d’un mètre, vous aurez besoin d’une paire de lunettes corrigeant la myopie.

La multifocalité – Vision nette de loin et de près

  • La multifocalité permet de corriger la vision de loin, intermédiaire et de près. Ce résultat visuel est obtenu avec des implants multifocaux.
  • Votre vision sera indépendante des lunettes dans plus de 90 % des activités de la vie quotidienne. Pour la lecture de très petits caractères comme sur les contrats d’assurance, il faudra néanmoins vous servir d’une petite paire de lunettes loupes grossissante.
  • La multifocalité est fréquemment demandée par les patients. Néanmoins le fonctionnement optique de ces implants est parfois source d’inconfort, notamment chez les patients aimant lire le soir ou conduire la nuit. En cas de contre-indication, envisagez un implant EDOF ou une monovision.

La monovision dite bascule

  • La mono vision, aussi appelée bascule, est une technique de compensation optique permettant de garder une indépendance aux lunettes 70 à 80 % du temps. Le chirurgien corrige votre œil directeur de loin, et garde une petite myopie sur l’œil non directeur.
  • Cette technique si elle est bien dosée, permet de se passer de lunettes sans présenter les désavantages des implants multifocaux. La vision binoculaire est cependant parfois légèrement altérée.

Effets secondaires et complications

Les implants intraoculaires sont fabriqués en matériaux inertes. Ils sont donc parfaitement tolérés. Si votre œil gratte après l’opération, ce n’est pas parce que vous sentez l’implant, mais parce que votre œil est irrité. Voici quelques effets secondaires rares des implants :

  • Le TASS – Il s’agit d’une réaction inflammatoire déclenchée par le liquide de conservation de l’implant. L’œil devient rouge et très douloureux à l’arrêt des collyres anti-inflammatoires.
  • Les dysphotopsies – Il s’agit de traits lumineux dans la périphérie du champ de vision, causés par le bord de l’implant. Ils ont tendance à spontanément disparaitre.
  • La luxation d’implant – Il arrive que l’implant se déplace car le sac capsulaire le contenant est fragile. Il faut dans ce cas réopérer et changer l’implant.

Prix d’un implant de cataracte

Le prix d’un implant de cataracte varie en fonction des modèles. En fonction de la complexité de l’implant choisi, son prix peut vous être répercuté en partie par la clinique. Voici quelques échelles de prix :

  • Implant monofocal – Il est toujours gratuit et inclut dans le forfait d’hospitalisation. Il s’agit de l’implant standard.
  • Implant torique – Les implants toriques font souvent l’objet d’un surcoût maîtrisé dépassant rarement 150 €. Ils sont commandés à l’avance et parfois fabriqués sur mesure !
  • Implant multifocal – Les implants multifocaux font toujours l’objet d’un surcoût. Aux yeux de la sécurité sociale, il s’agit d’une coquetterie permettant de devenir indépendant des lunettes. Leur prix varie en moyenne de 200 à 300 €.
  • Implant multifocal torique – Il s’agit là des implants les plus complexes, leur prix varie de 350 à plus de 550€. Leur fabrication est coûteuse et hautement technologique.
  • Implant EDOF – Son prix varie énormément d’un fabricant à l’autre ! Ils peuvent n’avoir aucun surcoût, ou au contraire être chèrement vendus.

Choisir son implant

  • La planification de l’opération avec votre chirurgien permet de vous aider à choisir votre implant. Une chose est sûre, lésiner sur son prix est dommage car celui-ci restera dans votre œil à vie et corrigera votre vision.
  • Parlez de vos attentes visuelles avec votre chirurgien afin que son choix d’implant se rapproche le plus possible de vos attentes et de votre budget.
  • Rappelez-vous que certaines mutuelles prennent en charge le surcoût de l’implant car elles réalisent une économie substantielle sur le prix de vos lunettes par la suite !

Questions fréquentes

  • Oui ! Des retouches sont possibles : changement d’implant, correction laser,… Cependant la balance bénéfices-risques n’est pas toujours en faveur d’une nouvelle intervention.

  • Il n’existe pas d’implant universel parfait ! Cependant voici quelques conseils sur le choix de l’implant :

    • Corrigez votre astigmatisme avec un implant torique s’il dépasse 1 dioptrie (1D).
    • Privilégiez un implant multifocal si vous souhaitez être indépendant des lunettes et ne conduisez pas fréquemment la nuit.
    • En cas de contre-indication à un implant multifocal, discutez avec votre chirurgien de l’éventualité d’un implant EDOF (profondeur de champ).
  • Les implants vendus en France répondent à des normes européennes strictes, ils sont donc tous de grande qualité. Le meilleur implant est donc celui qui s’adaptera à vos habitudes visuelles :

    • Torique si vous êtes astigmate.
    • Multifocal ou EDOF si vous ne souhaitez pas porter de lunettes.
  • Oui! La situation est rare mais non exceptionnelle. L’implant se luxe dans les suites d’un traumatisme ou en cas de condition génétique appelée « pseudo-exfoliation« .

L’institut est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
L’institut est actuellement {opening_status}
{patients_awaiting} en attente
{waiting_time} d’attente avant prise en charge *

{total_time_spent} en moyenne passée(s) sur place *

* Moyennes mesurées au cours de l’heure écoulée. Ne peuvent être garanties.

Accueil URGENCES sans rdv :

8:00–21:00 semaine

9:00–19:00 week-end et jours fériés